FRENCH Trump réapprend la leçon de Truman

Spread the love

Trump avec en arrière-plan son gendre juif, Jared Kushner

1946 exclama le Président américain Harry Truman: “”Jésus-Christ ne pouvait pas les satisfaire [les Juifs] quand Il était ici sur terre, alors, comment pourrait-on espérer que j’aurais, moi, de la chance avec eux?” 

 

Face à l’offensive juive anti-Trump, comment va se comporter sa garde prétorienne juive?

Toujours souriant de façon youtrée, le jeune Kushner dans son siège dans la Cinquième Avenue de Manhattan

Adresse de la”Kushner Company”

Si on devait reprocher quelque chose à Trump, ce serait bien de n’être pas antisioniste. De se féliciter de la conversion au judaïsme de sa fille préférée, de la nomination de son gendre, juif orthodoxe, comme l’un de ses principaux conseillers, et de Gary Cohn comme l’un des responsables de sa politique. Cet ancien vice-président de Goldman Sachs était promis au remplacement du président, Lloyd Blankfein, Juif lui aussi. La plupart de ses avocats appartiennent à la Communauté, dont le principal, David Friedman, qu’il a nommé ambassadeur en Israël. Et celui qui ne le lâche pas d’une semelle, Marc Kasowitz. Jason Grinblatt, autre Juif orthodoxe depuis des années, dirige le service juridique de l’Organisation Trump. Steven Mnuchin, ancien directeur de Goldman Sachs est devenu ministre des Finances. Stephen Miller, principal conseiller politique du candidat Trump, écrivit la plupart de ses discours. Trump dit de lui :

« Une des personnalités les plus importantes de ma campagne ».

Carl Icahn, un des plus puissants hommes d’affaires des Etats Unis, conseiller spécial de Trump pour les réformes. Boris Epshteyn, assistant spécial du président. Occupa le même poste avec John McCain, étant de surcroît chargé de surveiller étroitement Sarah Palin. David Shulkin, sous-secrétaire d’Etat aux Anciens Combattants. Il avait été nommé à ce poste par Obama. Reed Cordish, un ami personnel de Jared Kushner et Ivanka Trump en charge de l’innovation technique et de la modernisation du gouvernement. Avram Berkowitz, assistant de Trump, spécialiste des analyses de données…

On pourrait ainsi en énumérer des dizaines d’autres. En fait l’accusation portée par Schneiderman, n’avait pas d’autre but que de donner un sérieux avertissement à Trump : vous vous croyez protégé pour tout ce que vous avez fait pour nous. Détrompez-vous, vous n’en aurez jamais assez fait ! Il déclarait d’ailleurs, sans aucune retenue, au journal extrémiste juif Forward : « Trump a autorisé des ouvertures effrayantes aux catégories de notre société les plus fanatiques et les plus ignares, montrant depuis des décennies un manque de respect total pour les femmes, épousant des politiques
anti-immigration qui ignorent la constitution et menacent la structure même de notre démocratie ».

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*